REGION DE TAFRAOUT

REGION DE TAFRAOUT

Envie de prendre le large

Nous avons décidé de partir 3 jours vers Tafraout, ville connue comme étant la capitale de la babouche. Pour cela nous avons laissé Marcelle, notre caravane, au camping d’Imi Ouaddar, et nous sommes partis avec notre tente Pyrene Buschcraft.

https://www.pyrene-buschcraft.com

Sur la route de Tafraout, en passant par Aït Baha

La route que nous avons prise était juste magnifique (comme toutes celles que nous prenons vous allez me dire!!). Nous étions comme sur des lignes de crêtes, avec des vues sur la vallée juste splendides. Ce fut assez sinueux tout de même, mais avec des points de vue assez régulièrement.

Nous avons déjeuné juste après Aït Baha, après son barrage, en surplomb de la vallée.

Nous traversons des plaines d’amandiers plus ou moins en fleurs. C’est la saison, mais avec la sécheresse qui dure ils sont en fleurs plus tôt en décembre pour certains. Ces mélanges de fleurs colorées sont apaisants.

 

Arrivée à Tafraout

Une fois sur Tafraout, nous avions regardé dans notre guide les différents campings qui existaient. Nous n’avions pas fait attention, que le mois de février est réputé ici pour sa fête des amandes. Nous nous sommes retrouvés devant des portes closes, tous les campings étant complets. Nous nous sommes donc posés dans la palmeraie qui sert de camping sauvage à de nombreuses personnes. Nous sommes allés au bout du terrain, vers les petites montagnes, à l’écart des campings cars qui vivent très souvent entassés les uns sur les autres. Après coup on s’est dit qu’heureusement qu’il n’y avait pas de place dans les campings car les emplacements étaient très petits. Tu pouvais te serrer la main d’une porte à l’autre.

Nous avons donc monté la tente aux pieds de palmiers près des rochers.

 

Le coucher de soleil était magnifique sur ces pierres qui se coloraient au fur et à mesure que le soleil baissait. Le gardien est passé récupéré les 15 dirhams pour la nuit, soit 1,5€, puis nous sommes allés dans le centre de la ville à pieds pour acheter de quoi dîner.

Au retour , il faisait plus frais, nous avons donc dîné dans la tente.

Apres quelques jeux, nous sommes allés admirer le spectacle de la pleine lune. On y voyait presque comme en plein jour. Les étoiles partout avec au centre la lune qui illuminait ce petit coin de paradis. Nous nous sommes ensuite bien emmitouflés dans nos sacs de couchage car les nuits sont fraiches, nous sommes quand même à 1200m d’altitude.

 

Nous nous sommes réveillés juste à temps pour admirer le lever de soleil et il n’a pas fallu longtemps pour qu’il nous réchauffe. Nous avons pris le petit déjeuner dehors face à la vue.

Puis nous avons rangé nos affaires, le gardien disant que ce n’était pas très sécurisant de laisser tout ca dedans. Nous avons croisé un groupe de Français, juste à quelques mètres de nous. Ils sont venus en caravane pour certains et camping car pour d’autres pour 2 mois. Ils nous ont dit que cela ne risquait rien. Un des couples à traversé quasiment le monde en camion 4×4 ou en caravane. Forcément, Adrien a commencé à discuter avec lui. Nous nous sommes donnés RDV pour l’apéro le soir.

Les rochers peints

Nous sommes ensuite partis pour voir les rochers peints, un endroit incontournable quand tu es dans la région. A la base, c’est une œuvre d’un belge, Jean Vérame, qui en 1985 fit amener 19 tonnes de peinture à l’eau pour peindre le granit rose en bleu et rouge. Et puis récemment les rochers ont été repeints avec du bleu marine, du rouge, du jaune, … Ce n’est pas du tout écologique, la peinture étant toxique pour les animaux qui sont dans les parages et les écoulement polluent les sols. Et question éthique dans le paysage cela peut choquer. A chacun son opinion. C ‘est assez surprenant.

 

Les gorges d’Aït Mansour

Ensuite route vers les Gorges d’Aït Mansour. Nous traversons encore des paysages de folie. Nous arrivons dans une oasis luxuriante ou se mêle oliviers, palmiers, amandiers et figuiers.

Au bout du village nous avons fait une pause déjeuner très sympa. Mustapha nous a fait des omelettes berbères: une omelette avec des oignons et des tomates accompagnées d’un thé à la menthe.

 

Nous avons ensuite fini la boucle par une autre route tout aussi jolie. Nous en avons pris plein les yeux lors de cette belle journée.

Nous sommes rentrés poser le 4×4, acheter notre dîner puis avons pris l’apéro avec les bretons rencontrés le matin.

 

Ils étaient assez admiratifs de notre façon de fonctionner, de nos choix de vie. A la tombée de la nuit, après de longues discussions faites de voyages et de découvertes, nous avons allumés un feu tous les 4 pour faire griller nos keftas, nos tomates et nos oignons. Nous avons passé une belle soirée autour du feu.

Tafraout, le souk

Au réveil, nous nous posons au soleil pour un nouveau petit déjeuner.

Nous partons ensuite au souk, qui se tient du mardi soir au mercredi soir. Nous commençons par les animaux (moutons, veau, poules), puis les allées plus traditionnelles de légumes, fruits, fruits secs, gâteaux, et vêtements. Il y a beaucoup de monde, de nombreuses femmes portant le voile ou la tenue traditionnelle berbères, soit une tenue noire avec un voile noire.C’est très animé comme souk. Nous nous posons ensuite dans un petit restaurant, ou ne sont attablés que des marocains; C’est ce qui nous attire tout de suite. Nous commandons un poulet grillé que nous nous partageons tous les 4. Il est épicé juste ce qu’il faut, un régal. Nous finissons notre tour de Tafraout, par les ruelles ou se trouvent les fameuses babouches. Nous craquons pour chacun une paire.

Tafraout, le trek

Vers 14h nous sommes de retour à la tente. Juste le temps de mettre  nos chaussures de marche, et nous partons explorer ces montagnes qui nous font de l’œil depuis que nous sommes arrivés. Il faut grimper plus ou moins fort au départ. La vue est comme je le dis très souvent, juste magnifique. Nous arrivons en haut au bout d’une heure.

On se pose pour goutter sous un air frais, qui nous fait du bien car il a fait très chaud à la montée, face à la palmeraie. Puis vient le moment de rentrer, et la ce n’est pas la même histoire. Il faut trouver un chemin facile, mais ce n’est pas simple. C’est très raide, il a fallu descendre sur les gros rochers, les nerfs ont été mis à rude épreuve. Cela m’a valu une belle crise de vertige, mais nous sommes arrivés en bas sans soucis en nous entraidant tous les 4. Nous ne pensions pas que l’autre versant était aussi raide.

C’était un joli trek. Fin de journée assez fraîche après une douche froide au pied de la tente.

Après 3 nuits sous la tente, c’était déjà le moment de repartir.

 

Déjeuner aux bords d’un barrage avant Tiznit

Nous avons bien profité de ce moment à découvrir de nouveaux endroits. Nous avons pris la route de Tiznit et juste avant d’arriver dans la ville, nous avons bifurqué sur la doite vers un barrage. Et oui, l’appel de l’eau même dans les terres.Nous nous sommes donc fait un pique nique face à l’eau dans un très bel endroit.

La fin de la route se fit sous les applaudissements des passants, des musiques traditionnelles, des policiers et gendarmes ainsi que des militaires… Erreur: pas du tout pour nous ces haies d’honneur. Elles étaient réservés au roi, qui était attendu depuis déjà quelques jours dans la région.

Nous étions contents de retrouver Marcelle après ces quelques jours et de reprendre notre rythme, mais nous pensions déjà à notre prochaine aventure.

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réactions au sujet de « REGION DE TAFRAOUT »

  1. Quels chanceux ! De mon côté je n’ai pas pu partir en Israël /territoires palestiniens pour faire un trek, fermé aux français, italiens, suisses … voyage repoussé en octobre, inch Allah
    Je vous embrasse tous
    Mamidou

    1. Et oui j’imagine bien que c’est frustrant mais nous sommes confinés nous aussi et la suite du voyage est en stand by pour le moment, voir l’article nouvellement publié. on t’embrasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :